Une forêt de supports de caténaires est un bon piège pour discriminer le sujet mobile
 

PiEGEZ VOTRE AUTOFOCUS
AVEC UN TGV !







Il y a quelques années, j'avais réalisé et publié des tests d'autofocus avec un boîtier argentique F100, en photographiant un  TGV à 300 km à l'heure  dans la fameuse ligne droite de Vendôme où il avait battu son record de vitesse (plus de 500 km/h) ! J'ai repensé à ce test en juillet en lisant dans la revue "Le Photographe" un essai d'appareil numérique sur la ligne du TGV Est...et la conclusion qui avait été de ne pas prendre de risques pour le reportage du nouveau record du monde, en laissant les appareils en mise au point manuelle fixe sur un point donné.

Certes, la vitesse était près du double de celle de mes essais...mais j'ai eu envie de vérifier si mon boîtier numérique actuel faisait mieux que celui utilisé pour mes tests argentiques (Nikon F100, avec un 80-200 AFS). J'ai décidé de corser la difficulté en employant cette fois-ci mon D200 avec un 300 mm  f/2.8 AFI, équivalent donc à un cadrage de 450 mm en argentique, soit plus que deux fois plus "serré" que les anciens essais. De plus, j'ai varié les angles en essayant de piéger l'autofocus avec des poteaux de caténaires, fils de caténaires, ombres et soleil, etc.

Je publie ici l'intégralité de six séquences d'essai avec pour chaque vue un crop significatif. Dans tous les cas de figure l'appareil a tenu une cadence mesurée entre 5 et 5.2 images par seconde. Dans tous les cas de figure l'appareil était configuré en mode autofocus dynamique C priorité au déclenchement avec départ de séquence sur le groupe central des capteurs. La vitesse était, selon les séquences, réglée en mode manuel entre 1/3000 et 1/4000 ème de seconde, et le diaphragme entre f/4 et f/5. Les mesures de lumière ont été prises en spot pour éviter que la matricielle fasse varier, en automatique, la densité des images selon les ombres et les lumières.

Il va sans dire que ces essais ne peuvent être comparés au tests chiffrés effectués avec banc électrique à des vitesses de déplacement de 50 ou 100 km/h appareil fixé sur pied, car dans le cas des essais sur TGV je travaille toujours à main levée car pendant les trois à quatre secondes du shoot (de 15 à 20 vues) il faut suivre le train dans le groupe de capteurs centraux, ce qui implique toujours un mouvement de haut en bas souvent doublé d'un déplacement oblique de gauche à droite ou de droite à gauche. L'intérêt de la chose est de voir si, en cas de perte du sujet par l'autofocus (caténaire, poteau) la récupération est rapide ou non.  Un petit conseil pratique: activez l'autofocus avec le déclencheur ou la toucha arrière une fraction de seconde avant le premier déclenchement pour le laisser démarrer un peu avant le miroir de l'appareil, vous laisserez passer deux ou trois vues mais le reste de la séquence sera très souvent très bon.
 
 


L'AF reprendra après une interruption momentanée du programme...



Durée: 2 secondes 9/10 èmes
15 images, 11 nettes, 1 moyenne, 3 floues

La séquence commence bien car les zones centrales de l'autofocus accrochent bien le train dès la première vue mais après moins d'une seconde j'ai vu qu'il accrochait un support de caténaire. Je n'ai pas interrompu le cycle et l'autofocus s'est recalé au bout de trois images. Cet essai montre qu'en numérique, où les images "ne coûtent rien", il vaut mieux faire une longue séquence et choisir ensuite que de ne faire que trois ou quatre vues. A noter sur l'avant dernière vue que l'on peut voir quel journal lisait le conducteur aux arrêts !
 
 
 
 
 

   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   

 

Vue retournée, il semble que le "Journal du Dimanche" était posé sur le tableau de bord
 

Mauvais départ !!!



Durée: 3 secondes 7/10 èmes
20 images, 15 nettes, 1 moyenne, 4 floues

On est sur un point de vue légérement plus éloigné. Contraitrement à l'essai ci-dessus la séquence commence mal par l'accrochage d'un support de caténaire ! Après deux vues le train revient dans la zone de netteté mais sur la séquence deux petits décrochages se produiront. Par contre la netteté reste élevée sur les vues les plus proches !
 
 
 
 
 

   
   
   
   
   
   
   
   
   
Décrochage pendant 2/10èmes de seconde...
 
 
...récupération à la vue suivante !
   
   
Nouveau décvrochage...
 
 
...récupéré l'image suivante
 
Netteté insuffisante (voir ci dessous)
   
Dernière vue où un léger recadrage permettra d'avoir le TGV en entier
 
   
Au premier plan la protection anti chute du pont sur lequel je me trouvais 
 

 

Forêt de fils électriques



Durée: 2 secondes 8/10 èmes
15 images, 13 nettes, 2 moyennes

En suivant la séquence dans le viseur j'avais l'impression d'être mal parti, avec des fils électriques bouchant le champ dont un câble dans la diagonale droite-gauche. Eh bien l'autofocus n'a jamais accroché ce sujet trop proche, et pourtant on voit la locomotive sur plusieurs vues à travers un caténaire ! Le système "lock on" qui "verrouille" l'autofocus sur des sujets mobiles a ici fonctionné à merveille dès la première image.
 
 
 
 

   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   

 
 

Ombres et lumières






Durée: 4 secondes 1/10 ème
22 images, 17 nettes, 2 floues, 3 moyennes

Dans un cadrage proche des essais précédents il s'agissait de voir si le basculement de l'axe de l'appareil avait quelque influence et si l'alternance d'ombre et de lumière - on est plus tard dans la soirée - perturbe l'autoficus. En fait à part un décrochage sur deux images l'AF suit que le train passe au soleil ou à l'ombre et réajuste sa netteté de façon étonnante jusqu'à l'avant dernière vue en très gros plan.
 
 
 

   
 
Début d'hésitation de l'autofocus
 
Décrochage sur un support de caténaire !
   
 
Début de correction après 4/10èmes de seconde
 
Correction complète à la quatrième image
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
 
En fait la zone de netteté est plus en arrière, sur le pantographe reploé
 
Incroyable réajustement de l'autofocus à si faible distance

 
 

Entre les poteaux

Durée: 4 secondes 2/10 èmes
22 images, 18 nettes, 2 moyenne, 2 floues

Il s'agissait sur cet essai de suivre le TGV par un mouvement de panoramique qui englobait toujours en premier plan les poteaux support des caténaires, et de voir comment l'autofocus réagissait pendant ce double mouvement (l'appareil bouge pour suivre le TGV de trois quart latéral).

Le système de verrouillage "lock on" sur le sujet mobile a fonctionné de façon remarquable puisque le TGV a croisé quatre poteaux support de caténaires et que l'autofocus n'a été troublé que par le premier (une image floue).
 
 
 
 
 

   
 
Hésitation de l'autofocus...
 
...qui choisit le poteau...
 
...pour une seule image !
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
 
Manque de netteté sur les zones lumineuses
   
   
   
 
Décrochage de l'autofocus
 
Sur les deux dernières vues...
...la netteté optimale est en arrière du nez du train.
 

 
 
 

Le bon cadrage



Durée: 2 secondes 6/10 èmes
15 images, 13 nettes, 1 moyenne, 1 floue

Ce cadrage est beaucoup plus confortable que le précédent car il n'impose ni d'obstacle entre le train et le photographe, ni de mouvement oblique trop complexe pour suivre la progression du TGV. Malgré la présence de câbles ou support dans le champ l'autofocus n'a pas été malmené et seule la dernière vue a perdu de sa netteté.
 
 
 
 
 
 

   
   
   
   
 
Un instant d'hésitation de l'autofocus...
 
...mais la situation est rétablie 2/10èmes de s plus tard.
   
   
   
   
   
   
   
   
La vue plein cadre a l'air nette....
...le crop montre qu'il n'en est plus rien !

Photos JMS









 
 

retour à l'index technique pratique
 
 

retour à l'index général
 
 
 
 

Vous retrouverez aussi des conseils liés au numérique dans le
livre de JMS et des correspondants PICTCHALLENGE
 
 
 


 
 
 
 

PICTCHALLENGE est un site créé par Jean-Marie SEPULCHRE
copyright www.pictchallenge.com